You are here: Home / Experimental Archaeology / News

Évenements

Yesterday Today: le bateau de l'Âge du bronze a été mis sur les flots !

 

Le samedi 7 septembre 2013, un bateau similaire à ceux de l'Âge du bronze a sillonné la mer au large des côtes de Douvres (Angleterre) pour la première fois depuis 3500 ans. Le bateau, construit dans le cadre du projet européen «BOAT 1550 BC», financé par l'Union européenne, est une réplique à l’échelle ½ du bateau originel de l'Âge du bronze mis au jour par le Canterbury Archaeological Trust en 1992, il y a vingt et un ans.

Le projet ‘BOAT 1550 BC’ s’inscrit dans le programme Interreg IV ‘2 Mers Seas Zeeën’. Il vise à informer le grand public sur les liens culturel étroits entre les populations des deux côtés de la Manche il y a des milliers d’années au travers des données de l’archéologie. Il réunit 7 partenaires répartis dans 3 pays : l’université Lille 3/la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (France, porteur du projet), le Canterbury Archaeological Trust (Angleterre), l’Inrap (France), la Canterbury Christ Church University (Angleterre), l’université de Gand (Belgique), le conseil général du Pas-de-Calais (France) et la ville de Boulogne-sur-Mer (France). Le projet bénéficie du cofinancement du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais.

La réplique du bateau a été construite au début de 2012 par une équipe d’artisans spécialisés dirigée par Richard Darrah et Robin Wood. Elle était destinée à former la pièce maîtresse d'une exposition itinérante, 'Beyond the Horizon: les Sociétés de la Manche et de la Mer du Nord il ya 3500 ans ». L'exposition réunit des objets exceptionnels de l'Âge du bronze mis au jour des deux côtés de la Manche et de la mer du Nord. Pour la plupart, ils n'ont jamais été présentés au public. Ouverte à Boulogne-sur-Mer en juin 2012, à Ename en décembre 2012, elle est actuellement présentée à Douvres depuis juillet 2013.

L'année dernière, les constructeurs du bateau ont disposé d’un planning trop court pour achever le bateau dans les détails, avant que celui-ci ne soit déplacé en France pour rejoindre l'exposition; la première mise à l'eau a été un échec, faute de temps. L'équipe s’est alors promis d'essayer à nouveau, au retour du bateau en Angleterre.

En juillet 2013, l'exposition s’est ouverte aux visiteurs britanniques au musée de Douvres tandis le bateau revenait sur les lieux de sa construction après un an de pérégrination sur le continent. Les constructeurs du bateau l’ont démonté puis l’ont minutieusement  reconstruit, calfeutrant les joints entre les planches avec un mélange de mousse, de cire et de suif. Les premiers essais à Faversham Creek dans l'Est du Kent ont montré que les coutures étaient étanches, mais personne ne savait encore si le bateau pourrait naviguer dans les eaux maritimes.

Avec le soutien actif du port de Douvres, le bateau a été descendu à l'eau par l'énorme treuil des yachts à Granville Dock à Dover Marina. Le bateau flottait bien dans les eaux calmes de la marina et un équipage de huit pagayeurs est donc monté à bord du navire et est parti en mer, escorté par un bateau de sécurité fourni par le Dover Sea Sports Centre. C'était une journée ensoleillée mais venteuse, avec une forte houle venant du large de la Manche, mais le bateau sillonnait magnifiquement. Il se tenait majestueusement sur la crête des vagues, l’eau s’infiltrant à peine et ne nécessitant donc qu’un très léger travail d’écopage. «Ce qui est surprenant, c'est la stabilité et la maniabilité du bateau dans des conditions de navigation maritime», a déclaré Peter Clark, Directeur du projet ‘BOAT 1550 BC’ pour l’Angleterre et  membre de l'équipage. Il a ajouté qu’en «travaillant uniquement à partir des données du bateau originel, sans idées préconçues de ce à quoi il devrait ressembler ou comment il devait être construit, nous avons réalisé un bateau qui est à la fois esthétique et pratique, tout en étant totalement à l'aise dans son véritable élément, la mer ».

La réplique du bateau - baptisée  « Ole Crumlin-Pedersen » du nom du célèbre pionnier danois des reconstitutions des bateaux archéologiques - est ensuite entré dans les eaux plus tranquilles du port de Douvres, surplombé par les immenses formes des ferries transmanche. Une foule de sympathisants locaux a applaudi l'équipage intrépide alors qu’ils doublaient la pointe de la digue du Prince of Wales vers le port. Après deux heures de dur maniement de la pagaie, l'équipage, épuisé, est retourné dans les eaux calmes de la marina. C’était un jour historique, la première fois qu’un bateau de l'Âge du bronze avait été vu dans les eaux au large de Douvres depuis trois millénaires et demi. «Ceci est un jour historique pour Dover et pour tous ceux qui s'intéressent à la longue histoire de l'engagement de l'homme avec la mer», a déclaré Andrew Richardson, membre du Canterbury Archaeological Trust et un Trustee du Dover Bronze Age Boat Trust. «Voir le bateau en situation réelle de navigation en mer est un complément parfait aux trésors exposés dans la fantastique exposition, actuellement au musée de Douvres. L’ampleur des informations que nous avons apprises sur les compétences de nos ancêtres de l'Âge du bronze revêt une importance internationale».

L'histoire complète de la ‘recréation’ du bateau de l'Âge du Bronze de Douvres - un des plus anciens bateaux maritime jamais découvert dans le monde- sera présentée lors du colloque international «Yesterday Today : Bronze Age Connections in a Modern World», qui se tiendra à Douvres du 18 au 20 octobre 2013.

Peter Clark.

Mise à l'eau du bateau (mai 2012)

Le samedi 12 mai 2012, à Douvres, la réplique du bateau construite à l'échelle 1:2 a été mise à l'eau. Les festivités ont commenceront à partir de 13 h sur le front de mer : baptême de la réplique, discussions avec les constructeurs, débats avec les archéologues, démonstrations sur l’eau.

Open Days (avril 2012)

C'est sous le soleil de Douvres qu'un large public a pu profiter le 10 avril 2012 du chantier de reconstruction du bateau. Cette journée festive a permis aux curieux de découvrir les différents ateliers de démonstrations proposés : fabrication d'une hache, création de bijoux, tissage de vêtements, dessins dans l'argile, assemblage par liens végétaux... Autant d'opportunité de découvrir la vie à l'Âge du bronze.

Ouverture du chantier de reconstruction (mars 2012)

Le chantier de reconstruction du bateau a été ouvert le 6 mars 2012 à Douvres. Un voyage de presse a été organisé à cette occasion.

Rencontre avec Jean Dubos, autour de la fabrication des outils de l'Âge de bronze (janvier 2012)

 

AL-Coulée du métal dans les moules
Coulée du métal dans les moules © A. Lehoërff

 

Le but était de recréer une hache à talon par deux des techniques connues de cette époque.

A) Moule bivalve en pierre (stéatite), après la taille en creux de la forme dans chacune des valves, celles ci sont étuvées, jointoyées par serrage et le métal est coulé à l’intérieur.

B) Moule bivalve en terre argileuse, après création d’un modèle celui ci est imprimé entre deux valves de terre argileuse ensuite le modèle est retiré les deux valves sont fermées et lutées à l’argile pour être cuites ensemble avant de recevoir le métal en fusion.

L’archéologue est le premier à tenir dans ses mains les objets de fouille et il a les moyens scientifiques pour procéder aux analyses nécessaire (gammagraphie métallographie) mais souvent il recherche la manière par laquelle l’objet à été fabriqué, c’est là qu’intervient l’homme de métier qui aux vues des études déjà faites essaye de retrouver les gestes, les outils, les matériaux, le procédé, le savoir faire de ces premiers métallurgiste. Car pour arriver à réaliser cette hache il faut une grande maitrise des matériaux, des feux de cuisson et de coulée ainsi que des compositions d’alliages. C’est à ce stade que l’homme de métier apporte des éléments de réponse à l’archéologue et l’échange est instructif pour les deux. Ce rendre compte de la grande connaissance de ces premiers métallurgistes me laisse toujours une profonde interrogation. Comment faisaient-ils ? Car pour comprendre il faut faire abstraction de beaucoup de nos certitudes et connaissances actuelles en toute humilité. Mon parcours professionnel commence par un apprentissage de trois ans en chaudronnerie, suivi de six années de tour de France chez les compagnon du Devoir et de trente sept ans à la tête de la fonderie de Coubertin, ce qui m’a permis de conjuguer et de mettre en pratique les techniques de formage, martelage et de la coulée du bronze autour d’œuvres d’arts (Rodin, Bourdelle etc) mais aussi de rester proche de l’expérimentation archéologique par la réalisation de fibules, de la reconstitution du sanglier de Soulac, du calice de Pontoise et de la phalère en or pour Guéry- en-Vexin.

Jean Dubos

 

 

Exposition

Affiche_expo_Belgique

Par-delà l'horizon, l'exposition archéologique multisensorielle, grand public et familiale...

En savoir plus

Galerie photographique

L'équipe du projet vous propose de retrouver des photographies du projet dans sa galerie Flickr.

logo flickr

Qu'est-ce que BOAT 1550 BC ?

Logo Boat1550BC

BOAT 1550 BC est le nom du projet de valorisation lié à la découverte, en 1992 dans le port de Douvres, d'un très ancien bateau de l'Âge de bronze...

En savoir plus

Calendrier

Calendar

Consultez la liste des événements à venir.